INSTRUCTIONS TACTIQUES OPÉRATIONNELLES DE RÉSISTANCE. COMMUNIQUÉ NUMÉRO I.

6 juin 2019 - CHER(E)S COMPATRIOTESNous avons désormais atteint le point de l'engagement dans l'affrontement promis par le Président de la République pérorant en chef de parti en flagrante violation de la Constitution en vigueur.Cet impératif survient dans un...

CHER(E)S COMPATRIOTES

Nous avons désormais atteint le point de l'engagement dans l'affrontement promis par le Président de la République pérorant en chef de parti en flagrante violation de la Constitution en vigueur.

Cet impératif survient dans un contexte de confiscation du droit de manifester tel que garanti par la Constitution que nous défendons.

Mais vu la récurrence des tueries de manifestants pacifiques dans notre pays, il va sans dire que d'emblée, nous ne pouvons inciter nos compatriotes à user de ce droit bafoué dans le sang et dans l'impunité machiavélique qui fonde tout pouvoir dictatorial: la terreur d'État.

Cette terreur d'État retourne contre le Peuple de Guinée les forces militaires et para-militaires destinées à le défendre, détournant ainsi le pouvoir régalien de la République en forces assassines et oppressives.

Devant cette situation, la cause de la défense de la Constitution pourrait sembler perdue, mais loin s'en faut car la nature même du référendum que nous voulons empêcher nous permet d'agir sans qu'aucune armée du monde ne puisse réagir et affronter la population.

Cela devient possible dès que la tactique du Front opposé aux forces armées déploie une action synchronisée qui est largement dispersée dans l'espace et concentrée dans le temps.

Aucune force militaire ou para-militaire ne peut briser ou résister à ce type d'action.

C'est ce qui a fait échouer les armées les plus puissantes depuis celle de la Rome antique jusqu'à l'Armée Rouge en Afghanistan en passant par la Werhmacht du IIIè Reich.

C'est véritablement la bonne nouvelle pour la situation qui s'annonce, car un Référendum est une opération électorale qui doit s'exécuter dans un créneau horaire limité dans des bureaux de vote dispersés sur l'ensemble du pays.

Le pouvoir putschiste n'a absolument aucun moyen de faire garder tout le temps, tous les bureaux de vote à la fois.

En conséquence, il est tout à fait possible d'empêcher le référendum en agissant chacun dans son quartier.

NOUS POUVONS DETACHER DES ÉQUIPES CHARGÉES DE CONFISQUER LES BULLETINS DE VOTE ET EMPÊCHER LE RÉFÉRENDUM.

Pourquoi agir ainsi?

D'abord parce que le référendum est ILLÉGAL.

En effet, son illégalité est constituée parce que:
1) On ne peut remplacer la Constitution en vigueur en se substituant à la volonté des guinéens dans la mesure où ils ne se sont jamais exprimé par Référendum sur la Constitution en vigueur. S'il est vrai qu'elle ne leur a pas été soumise pour adoption par voie référendaire, il est tout aussi vrai qu'elle ne leur a pas non plus été soumise pour rejet par voie référendaire. 
Que ce soit pour rejet ou approbation, nul ne peut suspendre une Constitution en vigueur sans consulter le Peuple Souverain. 
Et tant qu'elle est en vigueur, seuls ceux qui la défendent agissent en conformité avec l'ordre constitutionnel en vigueur, tandis que ceux qui la pourfendent sont et restent des hors-la-loi.

2) On ne peut organiser un scrutin représentatif du suffrage universel sur la base d'un fichier électoral truffé de doublons et dont sont exclus tous ceux qui n'avaient pas l'âge de voter en 2010, soit neuf cohortes d'électeurs dans un pays qui tient compte de sa jeunesse et qui respecte la citoyenneté.

3) On ne peut soumettre au Référendum un texte rédigé par des inconnus qui n'avaient absolument aucune représentativité pour rédiger une nouvelle Constitution abrogeant une Constitution en vigueur qui n'a fait l'objet D'AUCUNE contestation lors de son élaboration et de sa promulgation.

4) Une simple révision constitutionnelle suffirait largement à introduire des modifications éventuellement nécessaires sans mettre en cause le principe de l'alternance.

En conclusion, nous devons dès maintenant préparer dans les quartiers les unités d'action civique qui agiront toutes le jour fixé pour le référendum ILLÉGAL et seront chargées d'empêcher le vote forcé sur des bases illégales.

Les forces de répression et d'oppression ne peuvent aucunement s'interposer dans une action synchronisée sur l'ensemble du territoire et qui consistera dans les formes suivantes:
1) confiscation de bulletins de vote;
2) confiscation d'urnes;
3) démantèlement de bureaux de vote.

C'est cette synchronisation qui a imposé la volonté du Peuple le 10 février 2017.

Donc, sortons maintenant du débat et préparons l'action au niveau des quartiers.

Une autre caractéristique remarquable en faveur du Peuple de Guinée est que les membres des forces militaires et para-militaires vivent parmi la population.

Il est donc possible de leur imposer la consignation dans les quartiers S'il s'avère qu'ils sont prêts à agir en mercenaires au profit des putschistes civils.

Ils doivent savoir que nous sommes prêts à soutenir toute initiative de leur part pour stopper la dérive dictatoriale et putschiste du pouvoir en place.


NOUS RAPPELONS À NOS FORCES ARMÉES QUE LES PA DÉPLOYÉS DANS LA CAPITALE CONSTITUENT UNE BASE OPÉRATIONNELLE EFFICACE POUR STOPPER LE PUTSCH CIVIL ET DEFENDRE L'ORDRE RÉPUBLICAIN.

Dernières actualités

Fermer la recherche