ESSAYER des vaccins en Afrique (noire): les Professeurs LOCHT et MIRA

6 avril 2020 -
ESSAYER des vaccins en Afrique (noire): les Professeurs LOCHT et MIRA
avril 6th, 2020 | par Leguepard.net

Article

0



Des Africains, pour l’essentiel des jeunes étudiants ou pas, ont réagi d’un air soup...

ESSAYER des vaccins en Afrique (noire): les Professeurs LOCHT et MIRA

ESSAYER des vaccins en Afrique (noire): les Professeurs LOCHT et MIRA
avril 6th, 2020 | par Leguepard.net

Article

0



Des Africains, pour l’essentiel des jeunes étudiants ou pas, ont réagi d’un air soupçonneux avec une certaine «violence», aux sorties plutôt singulières, et hors caméras, de deux éminents médecins français: les Pr. LOCHT de l’INSERM de Lille et Jean-Paul MIRA de l’hôpitan COCHIN. Des organisations comme SOS-Racisme, ainsi que des animateurs vedettes afro-descendants s’en sont mêlés, à mon avis à tort. Non pas qu’ils sont illégitimes à récuser des déclarations inacceptables à leurs yeux, mais parce que leur proclamation, par manque de clarté, pourrait laisser croire qu’ilne faut pas d’essais vacinaux, y compris en Afrique noire.
Nos deux éminents médecins sont-ils de vulgaires racistes comme on pourrait le penser?
Relisons d’abord les déclarations orales tel que rapportées par la TV(LCI)des deux médecins français. « Si je peux être provocateur, est ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’alleurs sur certaines études avec le SIDA, où chez les prostituées: on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. Qu’est ce que vous en pensez»?(Jean-Paul MIRA) s’adressant à son collègue Camille LOCHT qui répond, comme pour atténuer la VIOLENCE et la DÉSINVOLTURE du Pr. MIRA: « Vous avez raison, d’ailleurs, On est en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique avec le même type d’approche, ça n’empêche pas qu’on puisse réfléchir en parallèle à une étude en Europe et en Australie. »
La forme même de la conversation entre les deux éminents scientifiques pose questions. Le rôle d’un médecin, ou d’un soignant quelconque, est-il de PROVOQUER quand il s’agit de l’Afrique(noire)? Est-ce trop, de demander un peu de respect, un peu moins de désinvolture verbale, un tout petit peu de BIENVEILLANCE, pour l’Afrique(noire)aussi. Qu’un grand chercheur de l’INSERM encaisse des « oublis » factuels délibérés , parce que venant de son collègue, est surprenant. On aurait pu s’attendre à ce que Monsieur LOCHT relève et corrige les inexactitudes voulues par son collègue. Attente déçue.
N’y a t-il vraiment aucune réanimation en Afrique(Noire)? Pas de traitement non plus? Insuffisance notoire de traitement?-Oui. Absence totale, comme le dit Monsieur MIRA et l’accepte Monsieur LOCHT?–A voir. «On essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées» dit tranquillement le Pr. MIRA. Puisque quand les choses sont HAUTEMENT EXPOSÉES, il faut en faire l’essai en Afrique(noire). Le Professeur nous fera peut-être un jour l’«aumône» de nous expliciter ces «CHOSES HAUTEMENT EXPOSÉES » qui doivent être expérimentées sur les Africains(noirs), et seulement sur eux.

En soi, l’idée de faire un essai vaccinal en Afrique(Noire), en Europe, en Asie, ou ailleurs, n’est pas scandaleuse. En médecine, les progrès thérapeutiques résultent d’abord d’essais préalables. Des essais vaccinaux en Afrique(noire) aussi, pourquoi pas. C’est même utile. Après tout, nous Africains, avons vraisemblablement bénéficié de recherches dont les expérimentations ont pu être faites ailleurs qu’en Afrique, et sur d’autres êtres humains. Mais dans le cas présent, la façon est aussi importante que l’expérimentation elle-même.
Néanmoins, dans le cas présent, on peut se poser des questions au sujet de ces deux médecins qui sont loin d’être des chercheurs naïfs. L’un, Monsieur Camille LOCHT est Directeur de recherche à l’INSERM (Institut national français de très haut niveau en ce qui concerne la recherche médical) à Lille. L’autre, Jean-Paul MIRA est professeur de médecine et Chef de service de réanimation à l’hôpital Cochin de PARIS. Ma première question, n’est pas vraiment une QUESTION, mais une INQUIÉTUDE. De la part de Grands médecins, en arriver à parler comme cela, avec une DÉSINVOLTURE inouïe, teintée de condescendance et de MÉPRIS violent à l’endroit des Africains Noirs, je précise Africains Noirs, puisque, on peut dire avec certitude que si ces ÉMINENTS médecins parlent d’Afrique avec un tel mépris, ils veulent bien signifier «Afrique Noire». Sur ce plan, pas de naïveté facile. Mais leur SUPRÉMATISME bourgeois de type « scientiste » relève à mon avis de leur CROYANCE qu’il y a des peuples dont on doit parler avec un petit peu de respect, et d’autres pas. C’est notre cas à nous Africains. Il n’y a pas à le leur reprocher. C’est peut-être leur philosophie.
Ma deuxième INQUIÉTUDE réside en ceci que, ces Professeurs, car ils enseignent, ont vraisemblablement des Noirs Africains parmi leurs ÉTUDIANTS. Quel sort leur réservent-ils, lors des examens, surtout oraux ? A l’écrit que je présume anonymisé, peu d’obstacle spécifique contre les Noirs Africains. Mais qu’en est-il pendant les ORAUX, puisqu’ils ne peuvent pas se peindre en « Blanc »? En tout cas, pour moi, il y a désormais un DOUTE INQUIET quant à l’éthique de ces deux professeurs, s’ils en ont dans leur rapport à l’Afrique(noire).
A mon avis, si les NOTABILITÉS Africaines (noires) avaient un minimum d’amour-propre pour leurs peuples, ils devraient informer leur pays sur le point de savoir si ces deux grands médecins français et leurs équipes ont fait des essais sur des Africains assimilés aux PROSTITUÉES, selon eux. Si oui, dans quelles conditions ? A propos de quoi ? Les autorités sanitaires de ces pays(Sénégal, Gabon, Congo, RCA…) ont-elles eu connaissances d’éventuels résultats auxquels ces deux grands médecins très SINGULIERS d’un point de vue éthique, se seraient livrés dans leur pays? NB: J’ai bien conscience de la naïveté qu’il y a à interpeller « mes » notabilités africaines. Le plus petit localier du plus petit hebdomadaire local français a infiniment plus de chance d’être écouté que moi, à DAKAR, CONAKRY, Libreville, Brazzaaville, BAMAKO….que moi. Est ce une raison suffisante de se taire?—Pour moi, c’est Non.
Les essais vaccinaux, ou thérapeutiques ne sont pas en cause. On peut, on doit le faire partout où c’est scientifiquement utile, y compris en Afrique Noire. L’inquiétude, en tout cas la mienne, porte plus sur la personnalité du Chercheur et de son équipe que sur le fait d’essayer des médicaments et vaccins sur les Africains. Car en médecine, l’éthique et la bienveillance du médecin ou du chercheur sont aussi importantes que les recherches et les soins à prodiguer.
Par rapport à l’Afrique Noire, ces deux GRANDS médecins remplissent-ils ces CONDITIONS ? Vaste Question. Et à mon avis, les EXCUSES présentées sont peut-être sincères. Mais il serait naïf pour nous Noirs africains de dire «bon ça va. C’était de leur part une maladresse». Peut-être. Mais en ces temps troublés et « inquiétants » pour les plus vulnérables, ce qu’est l’Afrique noire, l’habileté rhétorique peut facilement se faire passer pour des excuses présentées, et les Africains pour trop »susceptibles » qui voudraient corseter le bon « humour » français. Certains tristes retours sous des formes nouvelles sont toujours possibles, précédés de sentiments en apparence louables, je dis bien en apparence.
Les ligues et bataillons anti-«politiquement corrects», peuplant certaines émissions de certaines chaines de télévisions françaises, tranquant ces «minoeités» dites ethniques, sont déjà montés sur leurs grands chevaux contre des gens qui n’auront pas la parole pour répondre aux immanquables accusations de«tyrannies» des minorités, «victimisation», «culpabilisation» des français…. et tout l’acoutrement verbal qui va avec. Ils ont journaux et antennes(TV et Radios) en libre accès pour eux, mais ils se considèrent toujours bâillonnés par ceux qui en sont exclus. Suprême habileté contre les plus faibles.
Pour conclure, l’erreur pour nous, serait de croire que tous les médecins, chercheurs, Professeurs français sont de la même veine que nos deux éminents médecins. Bien au contraire, je ne prends aucun risque en affirmant de manière catégorique que l’immense majorité des médecins et chercheurs français sont loin, très loin de cet esprit, ou decette conception de l’être humain, quel qu’il soit, Et je pense être bien placé pour le dire.
 
 
 

Mamadou Billo Sy Savané
TweetE-mailImprimer

Retrouver cet article sur LeGuepard

Par DMN Diallo

Dernières actualités

Fermer la recherche